Enter your keyword

Philosophie

Le sommeil fait partie des besoins physiologiques fondamentaux. Un sommeil sain en qualité et en quantité est fondamental pour être et rester en bonne santé, au même titre qu’une alimentation saine. C’est sur ce chemin que j’accompagne chaque jour les familles, les professionnels de la petite enfance et de la santé. Les questions liées à l’allaitement, au cododo, aux rythmes du bébé, au maternage, au portage, à la proximité avec l’enfant et aux soins sont au centre de mes préoccupations. Je suis mère, et comme toutes les mères, j’ai recherché le meilleur pour la santé physique, psychologique et émotionnelle de mon enfant. Je ne demanderai jamais à un parent de faire quelque chose auprès de son enfant avec lequel il n’est pas en accord et dont il n’aura pas compris tout le sens et la portée. L’accompagnement que je propose a ceci d’unique qu’il est propre à chaque enfant, à chaque famille, à chaque besoin, à chaque vie.

Mon plus grand rêve serait que tout parent puisse être assez formé et informé sur le sommeil (comme actuellement pour ce qui concerne l’alimentation), pour pouvoir faire des choix éclairés, sérieux et autonomes pour le sommeil de son enfant, dès sa naissance. Aujourd’hui c’est un doux rêve, puisque plus de 40% d’enfants en France souffrent de problématiques de sommeil… J’oeuvre chaque jour pour en faire une réalité.

Soyez de la partie !

insomnie enfant

L'importance du sommeil

Le sommeil fait partie des besoins physiologiques fondamentaux. Un sommeil sain en qualité et en quantité est fondamental pour être et rester en bonne santé, au même titre qu’une alimentation saine. C’est sur ce chemin que j’accompagne chaque jour les familles, les professionnels de la petite enfance et de la santé.

Le sommeil inné ou acquis ?

Contrairement à beaucoup de fausses rumeurs, le sommeil est évidemment une fonction innée. Il a été démontré que le fœtus dort dans le ventre de sa mère et sait s’endormir par lui-même et rester endormi sur de longues plages de sommeil.

La confusion vient du fait que la structure du sommeil, elle, évolue par contre durant les 3-4 premières années de vie de l’enfant avant de se stabiliser sur celle de l’adulte. Mais cette structure différente n’empêche pas le bébé et l’enfant de dormir sur de longues plages de sommeil ininterrompues, bien au contraire ! Un bébé naissant, sans problématique physiologique ou de sommeil, passe 20h de sa journée sur 24h à dormir ! Le reste du temps étant destiné à manger… De jour, comme de nuit, mais uniquement le temps d’acquérir assez de réserves pour tenir des plages de plus en plus longues de sommeil.
Cependant, de plus en plus de bébés et d’enfants développent de mauvaises habitudes de sommeil, souvent dues à un manque d’information et d’accompagnement des parents, ou suite à des problématiques physiques (RGO, etc) et beaucoup se disent que « cela s’arrangera tout seul », voir même que « c’est normal s’il est allaité ». Cette idée fausse est malheureusement beaucoup relayée.

Il est d’ailleurs alarmant de lire très souvent (et que cela devienne même une croyance profonde pour certains) que spécifiquement les bébés allaités, ne devraient pas faire de longues nuits ininterrompues (aux même âges et poids que les autres bébés bien sûr), et pas non plus de longues siestes. Certains parents, dont les enfants allaités dorment très bien, en viennent même à croire qu’ils font quelque chose de mal… et s’en cachent !!! La situation est proche de l’omerta ! : « Allaite, ne dors pas, et tais-toi ! ».

Cette omerta encourage et entérine des situations de souffrance maternelle profonde, de dette de sommeil pour les enfants… Et pour les adultes, des situations d’épuisement, de ruptures dans les couples, et parfois de maltraitance infantile due au manque de sommeil. La privation de sommeil est une pratique de torture très prisée en temps de guerre, ça n’a rien d’une situation « normale » qui doit durer.

Il est important de savoir que dès que la problématique de sommeil est résolue, et bien sûr, sans arrêter l’allaitement, tous les bébés allaités retrouvent les quotas de sommeil cohérents à leurs âges, font des nuits complètes et de longues siestes… et ce, en seulement quelques jours !

A l’inverse, le docteur Jodi Mindell démontre que 85% des bébés qui ont des difficultés à dormir continuent à le faire trois ans plus tard. Des recherches récentes menées sur l’étude du sommeil des nourrissons a constaté que les troubles du sommeil peuvent persister pendant cinq à sept ans.
Tout cela a du sens : les bébés qui ne dorment pas bien se transforment en tout-petits qui ne dorment pas bien ; les jeunes enfants qui ne dorment pas bien se transforment en enfants qui ne dorment pas bien, et ainsi de suite jusqu’à l’âge adulte.
Saviez-vous que les plus grosses ventes actuelles, en pharmacie, en France, sont les médicaments pour aider à dormir ?

Accompagner l'enfant vers un sommeil sain, aussi bien que vers une alimentation saine

Lorsque de nos jours, de nombreuses mères sont accompagnées par de plus en plus d’associations d’aide à l’allaitement ou à la parentalité (ce dont je me réjouis), nous nous retrouvons face à un néant pour ce qui concerne le sujet du sommeil du bébé et du nourrisson.

sommeil bébé 10 mois

Alors que toutes les instances scientifiques, tous les professionnels de santé et de petite enfance sont très bien au fait des moindres grammes de nourriture nécessaires aux bébés ou aux enfants, et que beaucoup se forment également aux bienfaits de l’allaitement, que les consultantes en lactation sont bien heureusement de plus en plus nombreuses, correctement formées et sollicitées : nous retrouvons un vide abyssal sur le sujet du sommeil.
Pourtant, de nombreuses études et données scientifiques permettent aujourd’hui de connaître précisément les besoins des bébés et des enfants en termes de sommeil.

L’expérience d’accompagnement démontre qu’avec un retour rapide à de bonnes habitudes de sommeil, un bébé est en mesure de rattraper sa dette de sommeil et de revenir à des quotas de sommeil par 24h adaptés à son âge.

insomnie enfant

La dette de sommeil, un vrai danger pour nos enfants

« Les médecins du sommeil s’alarment, car des études de plus en plus nombreuses démontrent les conséquences néfastes de cette dette de sommeil sur la santé des enfants, tant physique que psychique. Il était donc urgent de proposer aux parents des informations fiables sur le fonctionnement ainsi que le rôle du sommeil, et de leur donner des pistes pour permettre à leurs bébés, enfants et/ou adolescents de retrouver un sommeil de qualité. » Réseau Morphée

Les bienfaits du sommeil sont inestimables à tout âge, mais notamment chez le tout-petit de 0 à 3 ans, âge où l’enfant acquiert des capacités cognitives et psychomotrices fondamentales. Le Dr. William Dement, fondateur du Centre de recherche sur le sommeil de l’Université de Stanford, a mené des recherches approfondies qui suggèrent que le sommeil est le plus important facteur déterminant de la durée de vie des personnes – plus influent que le régime alimentaire, l’exercice, ou l’hérédité. Notre société ignore particulièrement l’importance du sommeil pour les nourrissons et les tout-petits. Les recherches actuelles montrent qu’entre 20 et 30% des nourrissons et des enfants en bas âge ont des difficultés à dormir. De nombreux enfants privés de sommeil commencent également à développer des comportements généralement « hyperactifs» ou «hypersensibles». Ils peuvent même développer des troubles du « déficit de l’attention ».  Le Dr Judith Owens, directrice de la clinique des troubles du sommeil pédiatriques et du programme d’apprentissage, d’attention et de comportement de l’Hôpital pour enfants de Hasbro à Providence dans le Rhode Island, note qu’il existe un énorme chevauchement entre la privation de sommeil et les troubles psychiatriques tels que le déficit de l’attention / l’hyperactivité.

spécialiste sommeil bébé

Le sommeil ininterrompu est crucial pour nos enfants aussi

Le sommeil est aussi important pour votre enfant qu’un régime alimentaire sain ou un foyer aimant.

Si votre enfant ne dort pas suffisamment tous les jours (longues siestes ininterrompues et longues nuits ininterrompues (lorsqu’il est en âge de les faire)), il est désavantagé et ne peut pas gérer ses apprentissages et son environnement aussi sereinement et avec autant de capacité qu’un enfant qui dort suffisamment.

Les experts en sommeil s’accordent pour dire que le sommeil «consolidé» (ininterrompu) est le plus reposant et est le type de sommeil le plus sain pour les nourrissons et les adultes. Un sommeil qui est interrompu par un ou plusieurs réveils nocturnes conduit généralement à une somnolence diurne, une diminution de la souplesse mentale et de l’attention, ainsi que des troubles de l’humeur. En d’autres termes, le sommeil interrompu par plusieurs «réveils nocturnes» n’est pas le même que celui qui consiste à dormir toute la nuit. Il est donc important que les adultes et les enfants d’avoir tout le sommeil consolidé dont ils ont besoin.

Nous voyons facilement que même les adultes qui ont juste eu une nuit de sommeil fragmentée, montrent une réduction spectaculaire de la motivation et de l’attention. Ils se sentent souvent dépassés par les tâches de la journée et ont du mal à prendre des décisions. Les effets sur les nourrissons et les enfants sont encore plus nocifs. Pour que les adultes et les enfants puissent fonctionner à l’apogée de leurs performances, ils doivent avoir un sommeil adéquat et consolidé. Les enfants qui dorment 10 à 12 heures par nuit vont se réveiller bien reposés, attentifs, jovials et davantage capables de faire face et d’apprendre de leur environnement.

Les parents aussi se sentiront mieux équipés pour accomplir les tâches exigeantes du travail et de la vie familiale.

Le sommeil est important pour vous aussi !

Le premier retour que me font les parents après les premières nuits complètes de leur enfant, c’est à quel point ils le sentent plus joyeux et plus alerte pendant la journée. Les résultats sont vraiment impressionnants.

Faut-il laisser pleurer son bébé seul dans sa chambre ?

Je ne suis pas favorable et je n’utilise pas de méthodologie (type 5-10-15 ou approchantes) consistant à laisser pleurer son enfant seul dans sa chambre. Par conséquent, je ne vous le demanderai jamais.

Par contre, je vais vous accompagner sur le chemin des émotions à vivre tous ensemble durant ce changement, la colère et la frustration en feront très certainement partie. La peur et l’insécurité, en aucun cas.

Les approches de Catherine Gueguen, Isabelle Filliozat, et Faber et Mazlish en parentalité positive, ainsi que celles d’Emmi Pikler en motricité libre font partie de mes guides et de mes sensibilités. Nous prendrons également appui, entre autres, sur Maria Montessori.

sommeil bébé 10 mois

Votre enfant est unique, discutons-en !

Bénéficiez d’un RDV téléphonique gratuit de 15 minutes pour évaluer le sommeil de votre enfant