Enter your keyword

Bébé souvent malade : et si c’était une carence en fer ?

Bébé souvent malade : et si c’était une carence en fer ?

Bébé souvent malade : et si c’était une carence en fer ?

Votre enfant est souvent malade ou fatigué ? Avez-vous creusé la piste de la carence en fer ? On vous dit tout !

COMMENT SAVOIR SI MON BÉBÉ EST CARENCÉ EN FER?

Le lien entre carence en fer et maladies à répétition est très connu des professionnels de santé. Et il est intéressant de savoir que l’on peut naître carencé en fer ! Mais alors, comment savoir si mon bébé est carencé ? Nous vous conseillons de vous rapprocher de votre médecin pour évaluer son taux de fer. En effet, c’est un cercle vicieux : plus un enfant est malade, plus son taux de fer chute, et… plus, il est susceptible de retomber malade.

Beaucoup d’autres facteurs peuvent être la cause de maladies à répétition chez les bébés et les enfants, il est recommandé d’en parler avec le médecin qui suit votre enfant.

À QUOI SERT LE FER ?

Le fer est un nutriment essentiel au bon développement de l’enfant, car c’est la base pour grandir et prendre du poids (un bébé qui manque de fer va pouvoir voir sa courbe de taille impactée). À travers son action sur l’oxygénation du sang, le fer est indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire. Il est également essentiel au développement cérébral et neurologique de l’enfant.

OÙ TROUVER DU FER ?

Le lait infantile est naturellement conçu pour répondre aux besoins en fer du bébé et suivre l’évolution de ceux-ci en fonction de son âge (préparation commerciale pour nourrisson 1ᵉʳ et 2ᵉ âge, lait de croissance enrichi en fer…).

Le lait maternel possède peu de fer, mais il est très bien absorbé par l’enfant. Il remplit donc jusqu’à 6 mois (il contient entre 0,3 et 0,9 mg de fer/litre) les besoins en fer du bébé… si la mère n’est pas carencée ! (il est donc aussi intéressant de vérifier le fer chez la maman allaitante via une prise de sang).

Voici les aliments riches en fer pour bébé :
Fer héminique (mieux assimilé donc à privilégier) : viandes rouges, poissons, abas, …
Fer non héminique : jaune d’œuf, noix, légumineuses, légumes à feuilles vertes, céréales infantiles enrichies en fer…

QUELS SONT LES BESOINS EN FER DE MON ENFANT ?

Entre 0 et 6 mois : 0,3 mg par jour
Entre 6 et 12 mois : 11 mg par jour
(Les besoins augmentant de manière significative entre 6 et 12 mois, il peut être nécessaire de supplémenter en fer un bébé allaité entre 6 et 12 mois).
À partir d’1 an : 5 mg par jour
De 3 ans et jusqu’à 6 ans : 4 mg par jour
À partir de 7 et 11 ans : 6 mg par jour
12-17 ans (adolescence) : 11 mg/jour

Quel traitement pour mon bébé ?

À partir de 6 mois, les besoins en fer deviennent beaucoup plus importants (aussi importants que les besoins d’un adulte !) et ne peuvent pas être comblés par le lait maternel uniquement, car ce n’est plus suffisant : il est donc nécessaire, en plus du lait maternel, de vérifier que les apports en fer sont adaptés dans l’alimentation diversifiée de l’enfant.

Si l’alimentation ne suffit pas à combler les besoins en fer, il peut être nécessaire d’apporter soit un apport en lait infantile, soit une supplémentation en fer.
Vous pouvez supplémenter votre enfant en fer avec des sirops ou des gouttes. Le citrate, le gluconate, le bisglycinate sont les formes de fers les plus intéressantes en termes de biodisponibilité.

Si votre enfant n’accepte pas bien la supplémentation, rappelez-vous : Il vaut mieux un peu que pas du tout.
Attention, le fer constipe, n’hésitez pas à compenser avec des légumes laxatifs.

Rappel :

  1. Demandez toujours l’avis de votre médecin avant de proposer une supplémentation à votre enfant, et soyez vigilants au risque de surdosage.
  2. En cas de carence en fer, la solution ne réside pas dans l’augmentation des protéines données à l’enfant, car un taux de protéines trop élevé pourrait nuire aux reins de votre bébé. Donc, on ne donne pas plus de viande, œufs, etc, à bébé que les quantités recommandées pour son âge ! Lors d’une carence avérée, la seule solution est du côté de la supplémentation avec des compléments adaptés prescrit par votre médecin.
  3. Le conseil d’un.e diététicien.ne nutritionniste pédiatrique pour ajuster l’alimentation de votre enfant peut être un atout essentiel : vous trouverez des professionnels compétents chez Madame Miam ou chez Ma petite assiette.

 

Contenu validé par nos professionnelles de santé : 

  • Dre Émilie ROUFFLE, docteure en pharmacie et consultante Fée Dodo
  • Tiffany DEROYER, diététicienne nutritionniste pédiatrique
  • Dre Zoé FRANCE, médecin généraliste
  • Marie TENCONI, infirmière en néonatologie et consultante IBCLC

 

Sources :

Avis de l’Anses, rapport d’expertise collective, Les références nutritionnelles en vitamines et minéraux, mars 2021

Finn K, Quick S, Anater A, Hampton J, Kineman B, Klish W. Breastfed and mixed fed infants who do not consume infant cereal are at risk for inadequate iron intake:data from the feeding infants and toddlers study 2016, a cross-sectional survey. BMC Pediatr. 2022 Apr 22;22(1):219. doi: 10.1186/s12887-022-03104-9. PMID: 35459123; PMCID: PMC9034552.

ABCdaire suivi collaboratif des 0 à 5 ans – recommandations concernant le dépistage de l’anémie ferriprive

Dr Tounian : Alimentation de l’enfant de 0 à 3 ans – Elsevier